Non mais allo quoi ? Tu as 30 ans et tu ne penses pas à ta retraite ?!

freeimage-4393378-web
Vous avez probablement déjà entendu cette phrase dernièrement !… Rassurez vous il s’agit plus du sourire du mois que d’un article sur Nabila !

Cependant, sous couvert de cette blague télévisuelle, nous allons traiter d’un point fondamental qui est l’âge à partir duquel vous devez agir pour préparer votre retraite.

   

enlightenedNotre video GRATUITE : Les 4 piliers d'une négociation réussie
enlightenedLe livret GRATUIT sur la Méthode POPS
enlightenedL'abonnement GRATUIT à notre Newsletter

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Rappelons le contexte : dans l’article Retraite : sauvons les ! Faites votre calcul, vite !, nous avions abordé la fragilité du système des retraites actuels en regard de la situation économique et démographique. La conclusion était que c’était à chacun de se prendre en main et de préparer sa retraite, … dès maintenant.

Alors, vous allez nous dire quel est le bon âge pour commencer à investir pour se constituer un complément de revenu à l’heure de la retraite   ?

50 ans ? Il n’est pas trop tard mais il ne faut pas tarder !

40 ans ? On a encore le temps !

30 ans ? C’est quoi ce « truc » ?

Voilà globalement le schéma de pensée de la majorité des actifs.

Si nous partons du principe que l’immobilier est le meilleur support pour maintenir un bon niveau de vie à l’heure de la retraite, plaçons nous dans ce cadre et étudions le processus pour engager les mécanismes d’enrichissement.

– Choix d’un bien immobilier en fonction de votre profil

– Achat d’un bien immobilier

– Remboursement du bien

– L’heure du choix

A votre avis, combien de temps faudra t-il pour couvrir l’ensemble de ces étapes ? Il n’y a pas de réponse unique.

Cependant, si nous prenons l’hypothèse d’un bien s’autofinançant en 15 ans et un âge de départ à la retraite à 63 ans, pour être dans les temps, il vous faudra commencer au plus tard à 48 ans. Et n’oubliez pas que pour trouver un bien s’autofinançant, la première étape du processus peut vous prendre plusieurs mois. Nous reviendrons sur la manière de trouver des biens intéressants dans un prochain article.

Maintenant reprenons chaque situation.

A 50 ans, il est presque déjà trop tard

A 40 ans, on n’a pas le temps : vous devez déjà avoir réalisé vos premiers investissements, idéalement !

A 30 ans, on peut avoir l’illusion que l’on a le temps de penser à la retraite. Il est vrai que c’est l’âge où l’on est bien souvent endetté par la résidence principale, que l’on commence à porter la charge des enfants et que l’on s’investit pleinement dans sa vie professionnelle. Il s’agit pourtant d’un très bon âge pour investir car il vous permettra d’envisager l’achat de plusieurs biens au cours des années suivantes.

Mais le meilleur moment pour commencer à investir est celui de l’entrée dans la vie active. En effet, vous pourrez bénéficier d’aides au premier achat  (prêt PTZ+ et Prêt à l’Accession Sociale si résidence principale) ou vous pourrez acheter un bien pour le louer afin de vous préparer votre retraite.

Comme nous l’avons déjà évoqué dans l’article Voici notre défi pour vivre la retraite de nos rêves !,

« En matière d’investissement, le temps  perdu ne se rattrape jamais « 

 


Retenez :

  • Le meilleur moment pour commencer à préparer la retraite est dès votre entrée dans la vie active
  • Même si vous êtes dans la vie active depuis un bon moment, il n’est jamais trop tard pour bien faire !

Et vous ? :

Avez-vous déjà pensé à votre retraite ?
Peut-être même avez vous déjà investi ?
Si oui,  faites nous partager votre expérience et n’hésitez pas à nous poser vos questions dans la zone commentaires ci-dessous !


 

3_formes_immobilier_rentable

18 Commentaires sur “Non mais allo quoi ? Tu as 30 ans et tu ne penses pas à ta retraite ?!

  1. Alex

    J’y pense à fond, je me vois investir dans l’immobilier en outre mer pour être tranquille au soleil, manger des fruits de mer sur les plages…. enfin le stéréotype de base mais qui fait rêver, et en attendant je cotise 50 euros/mois dans une caisse de retraite!

  2. Pour ma part, j’ai 25ans et ai déjà réalisé plusieurs investissement immobilier à la Réunion. Plusieurs lois tel la loi Pinel sont là pour favoriser nos investissements !

  3. yann

    Bonjour,

    Je suis un cas exceptionnel. J’ai bientôt 30 ans (jeune papa). J’alterne entre Intérim et CDD, avec un revenu annuel autour des 16k€ par an…

    Alors lorsque je vous lis… Je me pose la question… Est ce accessible à tous? Vu qu’obtenir un CDI, est devenu mission impossible… aurais je une retraite comme vous le dîtes?

    Bon, désolé de casser un peu l’ambiance, mais nous les petits salariés… que pouvons nous faire pour avoir une retraite, surtout lorsqu’on est déjà papa.

    • Alexandre Bruney et Gaëtan Lefebvre

      Bonjour Yann,
      Vous ne cassez pas du tout l’ambiance, rassurez vous et vous n’êtes pas un cas exceptionnel.
      Bien sûr ce sera plus difficile qu’une personne qui a un CDI.
      Cela dit, vous pouvez bien sûr mettre en place un mécanisme qui vous amorcera la pompe. Commencez pas chercher un bien nécessitant quelques milliers d’Euros (comme un parking ou un bien avec de gros travaux) et montrer aux banques que les revenus que vous allez en dégager couvrent largement les remboursements, charges et impondérables.
      Si vous avez l’esprit positif, vous pouvez le faire !

  4. Bonjour
    Pour une certaine catégorie de la population
    la situation économique de la France est désastreuse.
    Plans sociaux, licenciement, sacrifice d’une partie
    de son salaire ( pour éviter le dépôt de bilan ), perte de
    son pouvoir d’achat, et j’en passe.
    En outre l’age de départ à la retraite va être rallongé.
    J’ai plusieurs retraités qui se plaignent que tout augmente
    sauf le montant de leur retraite.
    Avec ce simple constat, il est indispensable de préparer sa propre
    retraite. Pas demain ni l’an prochain mais maintenant.
    Avec moins de 3000€ par mois ma compagne et moi
    avons acquis 5 biens immobiliers sans compter notre residence
    principale.
    Notre retraite est quasiment assuré si nous souhaitons la prendre
    dans 20 ans.
    Cet article est une source de motivation pour mettre le pied à l’étriller.
    A bientôt
    PS: j’explique toutes les opérations sur mon blog
    David Articles récents…Le courtier en Travaux un professionnel incontournableMy Profile

    • Alexandre Bruney et Gaëtan Lefebvre

      Bonjour David,

      Même constat et même plan d’actions : nous sommes d’accord !

      À bientôt

  5. Bonjour,

    Merci pour cet article. Les commentaires sont vraiment riches et poussés. Je ne suis pas sûr de faire aussi long 😉

    L’article est très centré sur l’immobilier. Il est clair que sur le long terme, l’immobilier constitue une vraie opportunité de développer son patrimoine, mais comme le montre certains aspects des commentaires – et même l’article – il est difficile de se projeter si loin en avant.

    Je cite souvent cette anecdote de Colbert quand on lui dit qu’il faut 20 ans pour faire pousser une forêt : « 20 ans, alors il n’y a pas de temps à perdre ! ».

    De même, en termes de patrimoine, il me semble opportun de semer dans plusieurs endroits pour percevoir certains revenus au fil du temps.

    Pour l’immobilier, un bien qui s’auto-finance ne génère pas toujours le même flux de trésorerie (notamment quand on rembourse davantage de capital, et qu’on paie plus d’impôts). C’est pour cette raison que je trouve utile de se constituer une assurance-vie rapidement, pour des raisons analogues : au bout de 8 ans, on peut retirer 4.600 euros de ses plus-values sans impôts (hors prélèvements sociaux). Cela peut constituer une étape intermédiaire encourageante, quitte à accélérer son désendettement par la suite…

    Bonne journée,

    Cyril

    • Alexandre Bruney et Gaëtan Lefebvre

      Merci Cyril pour ces précisions tout à fait pertinentes.

    • Yann

      Bonjour Cyril et les autres,

      Comment peut-on se constituer un patrimoine, par le biais des SICAV, avec une capacité d’épargne de 30, 45 voir 50€ mensuel?
      Est ce faisable?
      Sachant que les frais de gestion sont autour de 3 à 4%…

      Merci

      • Alexandre Bruney et Gaëtan Lefebvre

        Bonjour Yann
        Et pourquoi ne pas viser des trackers?
        Ils présentent l’avantage de ne pas avoir beaucoup de frais.

  6. Je suis entièrement d’accord avec le titre cet article, il est indispensable de préparer sa retraite à l’avance et cela commence par l’épargne.

    • Alexandre et Gaëtan

      Bonjour Christine,

      Effectivement. Votre blog propose une solution sur le LMNP au travers de résidences de service, médicalisées, étudiantes ou de tourisme. Nous avons toujours été un peu réticent sur ce type d’investissement car l’on peut se demander si le gestionnaire ne va pas faillir sur la durée. D’autre part, les résidences médicalisées entraînent des charges importantes. Enfin, même si l’objectif est une rente, en cas de besoin de revente, il est difficile de revendre ce bien.

      • Bonjour,

        Je vous ai vu à de nombreuses reprises sur différents sites faire part de votre réticence sur l’investissement en résidence de tourisme.
        L’investissement immobilier peut prendre 1001 formes et je respecte qu’on préfère l’une ou l’autre. En revanche je trouve votre argumentaire concernant la possible faillite du gestionnaire quelque peu fallacieux.
        Entendons nous bien je ne prétends pas que le risque n’existe pas mais la notion de risque est le corollaire de l’investissement immobilier qui n’est pas un investissement garanti. Si vous faites de la location à des particuliers vous ne vous engagez pas non plus sur un long fleuve tranquille.
        Pire encore ! Si en résidence de service le principal risque est la faillite du gestionnaire (risque que vous pouvez atténuer en signant avec l’un des poids lourds du marché) en location aux particuliers vous pouvez aussi tomber sur une brebis galeuse qui profitera de la trêve hivernale pour cesser de vous régler le loyer (et vous avez sans doute noté que cette année cette trêve a été prolongée).
        N’oublions pas non plus la possibilité d’un locataire de déménager à la cloche de bois. Depuis le 13 août 2011 la procédure a été simplifiée mais il faut compter quand même 3 mois pour pouvoir récupérer votre logement et pouvoir le remettre sur le marché. On imagine mal un gestionnaire d’ehpad, de résidence étudiante ou de tourisme déménager à la cloche de bois !
        Autre avantage de ce type d’investissement : généralement vous signez un bail commercial avec le gestionnaire qui se chargera de louer à l’occupant final. Il faut donc considérer cela comme une location avec gestion locative ce qui est un avantage considérable en cas de turnover important ie pour les résidences pour étudiants et mieux encore en résidence de tourisme (si vous faites de la gestion saisonnière vous n’ignorez pas qu’il s’agit d’une activité chronophage qui a un coût certain)
        Je m’étonne de votre forte réticence surtout que vous indiquez par ailleurs investir dans des locaux commerciaux où la problématique est similaire vous ne pouvez pas garantir que votre locataire ne fera pas faillite. Reste le « problème » des charges qui sont souvent élevées dans ce genre de résidence mais si vous achetez un local commercial à Parly 2 ou à Grigny 2 vous aurez également des charges de copropriété élevées (et pour l’une des deux pas franchement justifiées par le standing de la copropriété)
        Le point sur lequel je suis tout à fait d’accord avec vous c’est qu’il ne faut pas envisager cet investissement dans l’optique d’une revente rapide avec plus-value (cela dit vos appartements ou locaux commerciaux à Grigny 2 ne sont pas facilement vendables non plus 😉 )

        Ceci dit bonne retraite !

        • Alexandre et Gaëtan

          Bonjour,

          Merci Didier pour ce commentaire pour lequel nous partageons la majeure partie de ce qui est dit.
          Il est clair que nous aimons, nous aussi l’immobilier et que c’est un sujet passionnant donnant lieu à des débats tout aussi passionnants !

          Tout d’abord, l’immobilier présente différentes formes et les capacités d’investissement n’étant pas illimités, il faut bien établir des priorités en fonction de son profil, son goût ou pas pour le risque, l’opportunité de l’affaire.
          En fait, concernant les résidences de service, il y aurait beaucoup à dire (et nous rédigerons probablement un article dans les semaines à venir).
          Pour résumer quelques éléments, nous sommes réticents, mais conscients qu’il y a nécessairement des affaires intéressantes.

          Nous avons fait connaissance de l’existence des résidences de service (seniors, étudiants, tourisme, affaires) par l’intermédiaire d’un conseiller en patrimoine défiscalisateur. Sa présentation quelque peu idyllique de ce type d’investissement omettait des points importants dans les tenants et aboutissants.

          – ces biens sont surévalués. Il faut bien rémunérer les divers intermédiaires de la filière
          – revenons sur la défaillance possible du gestionnaire qu’il soit gros ou petit. Ce type de biens est géré par un bail commercial dans lequel le gestionnaire s’engage sur un taux d’occupation. Imaginons que le taux ne soit pas possible. vous allez recevoir un recommandé un beau jour par le gestionnaire vous informant qu’il doit réévaluer le loyer pour remplir sinon il devra déposer le bilan. Vous n’avez pas le choix puisque vous êtes lié à ce gestionnaire. Et bien évidemment, vous vous retrouvez dans une position délicate vis à vis de vos remboursements. Nous avons quelqu’un dans notre entourage qui est dans une situation très difficile pour honorer sa dette.
          – à cette étape du jeu, on est évidemment tenté de revendre. Mais comme le bien est surévalué et que le loyer l’a été aussi (dans le cas dont nous parlons), la valeur du bien fond comme neige au soleil. Il est très difficile de revendre. D’autre part, faut il rappeler que l’on doit rembourser une partie de la TVA (5% par an), si on revend avant 20 ans
          – évolution des charges très souvent à la hausse due aux évolutions des normes ou des équipements de plus en plus perfectionnés pour les résidences de retraite.
          – les services non utilisés sont tout de même facturés
          – que se passe t-il au décès de l’un des occupants ? Et s’il n’a pas d’héritier ? Le risque d’impayé est élevé.
          -…

          Bref il y a beaucoup à dire mais qui sait, si les conditions sont réunies selon nos critères, nous franchirons peut être le pas.

          Dans tous les cas bonne préparation de retraite à vous aussi !

  7. Hugo

    Bonjour,

    Moi j’ai 23 ans et je sors de l’école. Je suis sur le marché de l’emploi en septembre. Si je trouve un job, vous pensez vraiment que je peux me présenter dans une banque en leur disant que je veux investir dans l’immobilier pour ma retraite ?

    • Alexandre et Gaëtan

      Bonsoir Hugo,

      Oui bien sûr. Cela montrera une certaine maturité dans votre volonté d’épargner. Vous serez étiqueté profil intéressant par les banques !
      D’autre part, vous pourrez bénéficier d’aides type PTZ+, prêt PAS qui sont toujours appréciable en cas d’achat de residence principale.
      Bon investissement

  8. David

    Très drôle, votre titre !
    Effectivement, l’idéal est de s’y mettre le plus tôt . Moi personnellement j’ai 34 ans et je sens qu’il faut que je m’y mette mais je ne sais pas quoi acheter tenant compte de mes (faibles) moyens.
    J’ai quand même l’impression qu’il est toujours plus facile d’investir quand on est né avec une cuillère dorée comme on dit.

    • Alexandre et Gaëtan

      C’est plus facile peut être au début mais vous n’aurez pas autant l’envie de vous battre que si vous êtes né sans avantages particuliers.
      Il existe des opportunités pour tous les moyens. Suivez nous ou contactez nous dans la zone contact. Il suffit juste d’avoir la volonté d’agir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Post Navigation